• animation bandeau08
  • animation bandeau03
  • animation bandeau04
  • animation bandeau01
  • animation bandeau07
  • animation bandeau02
  • animation bandeau09
  • animation bandeau06
  • animation bandeau10
  • animation bandeau05

FAQ > Neurologie

Qu’est-ce qu’une hernie discale ?

Le disque intervertébral est une structure limitée par des ligaments, se localisant entre chaque vertèbre du rachis. Du fait de sa composition (noyau pulpeux très hydraté maintenu au sein d’un anneau fibreux), sa fonction principale est d’amortir les chocs imposés à la colonne vertébrale et faciliter la mobilité des vertèbres, les unes par rapport aux autres. Il arrive que ce disque dégénère, ce qui entraîne une modification de sa structure et de son élasticité. Le disque peut alors sortir de sa loge entre deux vertèbres, et se déplacer dans le canal vertébral ; on parle alors de hernie discale ; les signes cliniques (douleur, troubles locomoteurs, paralysie) résultent de la compression des structures nerveuses environnantes (moelle épinière, méninges, racines nerveuses).

Retrouvez ce thème sur dailymotion : hernie discale

Qu’est-ce qu’une crise convulsive ?

Une crise convulsive est définie par une activité cérébrale anormale. Certains groupes ou l’ensemble des neurones du cerveau présentent alors une dépolarisation électrique anormale, ne pouvant être momentanément inhibée. Ces crises ont une expression clinique très diversifiée, les plus fréquentes étant les crises convulsives généralisées ou épileptiformes. Ces dernières sont caractérisées par une chute sur le côté, une perte de conscience, un pédalage ou des membres en hyperextension, une hypersalivation, des yeux révulsés, et éventuellement un animal qui urine ou défèque sous lui. La durée ne dépasse généralement pas quelques secondes à quelques minutes. L’origine de ses crises est très variée. Elles ne sont que l’expression clinique d’un dysfonctionnement du cerveau.

Quelle attitude adopter lorsque mon animal présente une crise convulsive généralisée ?

Au moment de la crise convulsive, votre animal perd conscience (partiellement ou complètement) et le contrôle de ses mouvements. Il faut donc le laisser ou le placer à terre, plutôt que de le prendre dans vos bras desquels il risque de tomber, pousser les objets dans lesquels il est susceptible de se cogner, ne pas chercher à le stimuler, le laisser au calme afin de le laisser recouvrir son état normal spontanément. Il est inutile de chercher à tirer sur sa langue, il ne l’avalera pas et vous ne risquerez que de vous faire mordre. Une fois qu’il a recouvert ses esprits, vous pouvez de nouveau l’approcher, pour le rassurer de votre présence.

Mon chien peut-il mourir d’une crise convulsive ?

La plupart des crises convulsives durent quelques secondes à quelques minutes. Dans ce cas, votre chien ne court aucun risque vital (arrêt cardiaque ou respiratoire). Lors de telles crises, aucune séquelle cérébrale n’est observée. Une crise convulsive devient une urgence dès lors qu’elle ne s’arrête pas spontanément au bout de quelques minutes ou qu’elle reprend perpétuellement, sans que le chien ne reprenne son état de vigilance normale entre les crises. L’intervention d’un vétérinaire est alors indispensable. Dans tous les cas, une recherche de l’origine des crises est recommandée.

Quelle maladie peut provoquer une crise convulsive chez le chien ?

La plupart des affections localisées au cerveau, affectant le cortex cérébral, peuvent provoquer des crises convulsives. Les causes les plus fréquentes chez le chien sont les maladies d’origine inflammatoire (encéphalite d’origine immunitaire ou infectieuse), idiopathique (épilepsie essentielle), tumorale, métabolique (hypoglycémie…), congénitale (malformation, maladie de surcharge) ou vasculaire (accident vasculaire cérébral, AVC). Des examens complémentaires sont nécessaires pour déterminer la cause.

Qu’est-ce que l’épilepsie essentielle ?

L’épilepsie essentielle est une maladie s’exprimant par des crises convulsives chez un chien ayant au demeurant un comportement totalement normal. Ces crises sont souvent généralisées et affectent principalement les jeunes adultes (2 à 5 ans). De nombreuses races sont prédisposées à cette maladie, pour laquelle une origine héréditaire a été mise en évidence (ex : golden retriever). Bien que très impressionnantes, ces crises ne modifient pas le pronostic vital de l’animal.

Y a-t-il des options thérapeutiques lors de tumeur cérébrale ?

Les traitements d’une tumeur du cerveau sont multiples et varient en fonction de la nature et de la localisation de la tumeur. Dans certains cas (ex : méningiome en localisation hémisphérique), une exérèse chirurgicale peut être curative. Dans d’autres cas, un traitement médical reposant sur une chimiothérapie (ex : lymphome cérébral) ou des séances de radiothérapie (ex : macroadénome hypophysaire) ont pour but de réduire la taille de la masse, atténuer l’effet néfaste local de la tumeur (hypertension intracrânienne, œdème périturmoral…) et limiter sa propagation à d’autres tissus. Le bénéfice chez l’animal s’exprimera alors par une amélioration de ses conditions de vie, voire une résolution complète des signes cliniques.

Qu’est-ce qu’un syndrome vestibulaire ?

Il s’agit d’un syndrome qui se caractérise du point de vue clinique par : une tête penchée, un corps incurvé, un marcher sur le cercle serré, une démarche maladroite (ataxie) avec des pertes d’équilibre et une position ou un mouvement anormal des yeux (nystagmus ou strabisme). Un examen clinique adéquat permet de classer ces syndromes vestibulaires en « périphérique » (atteinte de l’oreille interne ou du nerf vestibulaire) ou « central » (atteinte du tronc cérébral ou du cervelet). Les causes de syndrome vestibulaires sont très variées.

À quoi sert la physiothérapie chez le chien ?

La physiothérapie a pour but de traiter les affections à l’origine d’anomalie. Elle comprend divers types d’activité : des exercices physiques (mobilisation des articulations), des massages (musculaires et articulaires), des entraînements physiques (marches en laisse ou sur tapis roulant, exercices spécifiques sur ballon ou échelle…).